Retour sur la coronarographie, 3 mars 2009

Pour celles ou ceux qui doivent en passer une un jour…

Tout d’abord, rasage complet du pubis et des cuisses, contrôle sanguin, et signature d’un formulaire, pour stipuler que l’on a été informé des risques éventuels.
Je devais être à jeun, on m’a administré un cachet magique pour que je sois parfaitement détendue, environ 1h avant l’examen. Je me suis carrément endormie…descente au bloc , on m’installe sur une table, mes pieds et mes cheveux sont pris dans des « enveloppes », tout le monde ici est soumis aux mêmes règles. L’anesthésiste me demande pourquoi je dois passer cet examen, je lui explique donc. Deux infirmiers s’affairent pour tout préparer avant l’arrivée du cardiologue.
Je suis à moitié endormie, consciente mais zen !
Il fait froid dans cette salle, heureusement je suis couverte par un drap stérile.
Puis le cardiologue arrive, difficilement reconnaissable avec sa  tenue stérile, casque , « blouse » et lunettes, comme un chirurgien en fait,  et l’anesthésiste me fait donc une perf pour diffuser (encore un calmant), et me mets dans le nez une arrivée d’oxygène. Puis le médecin badigeonne l’aine et la cuisse, d’un produit antiseptique, c’est très froid, brrrr.

Puis il m’avertit qu’il va « piquer » dans l’aine, que ce sera désagréable. Oui, c’est en effet un peu désagréable, mais je suis tellement zen…je regarde les 3 écrans qui sont au dessus de moi, je ne sais pas trop ce que je vois en fait.

Et puis c’est parti : le cardiologue me dis de respirer, puis de souffler, etc…le liquide, de l’iode, passe là où il faut pour explorer mes coronaires. Sur l’écran, on voit comme des filaments, je ne distingue pas bien ce que c’est, j’aimerais demander au cardiologue, mais je n’en ai pas la force, car je suis quand même bien « calmée ».

Pendant ce temps, il y a un bras articulé avec au bout comme un disque qui bouge autour de ma tête, sur la poitrine, sur le  côté de la tête.
Les deux infirmiers sont dans une cabine, et répondent aux demandes du cardiologue.

Une horloge est en face de moi sur le mur. 15, puis 20 minutes que nous avons commencé, je suis toujours agréablement confortée dans le fait que je n’aurai pas « mal ».

Le cardiologue me prévient à un moment, que je vais ressentir à deux ou trois reprises une sensation de chaleur intense, qui ne va pas durer.  En effet, c’est la même sensation que lorsque j’ai passé le scanner, j’ai l’impression …d’avoir fait pipi sous moi….mais je vous rassure il n’en est rien !

Puis au bout de 25 à 30 minutes, le médecin me prévient que c’est fini. Il comprime très fort l’endroit où était introduit le cathéter, pendant 5 mn. Puis il a mis un pansement compressif très épais, une bande de sparadrap large, de façon très serrée, de la cuisse au ventre, et enfin, un sac de sable de 5kgs, que je devais garder pendant 3 heures.

Mes coronaires sont excellentes, vu que j’ai n’ai pas de cholestérol, et jamais fumé.

Retour dans ma chambre, au bout de 3h on m’a ôté le sac de sable, ouf! Je devais néanmoins restée couchée sur le dos, interdiction de me lever avant 6h le lendemain. Par contre, j’ai eu droit à mon repas le soir, et mon lit a été un peu incliné pour que je puisse manger.

L’infirmière est passée tous les 1/4 d’heures pour vérifier qu’il n’y ait pas de saignement au niveau du pansement, a vérifié mon pouls, puis ensuite, elle est passée toutes les heures, pendant toute la nuit.

Voilà, je tiens donc à rassurer toutes celles et ceux qui auraient à passer cet examen, ce n’est pas du tout douloureux, juste un peu désagréable.

Vous pouvez consulter ce lien : http://.fr.wikipedia.org/wiki/coronarographie

Laisser un commentaire